Pin It

Victoire du Thaïlandais Jazz Janewattananond au Royal Golf Dar Es Salam

Le Thaïlandais Jazz Janewattananond a remporté sa première victoire depuis près de 3 ans, en triomphant au terme des International Series Morocco, doté d’ 1,5 millions de dollars américains. Le numéro de l’Asian Tour en 2019 a rendu une carte de 67 coups pour totaliser un score de 12 coups sous le par, devant le Canadien Richard T. Lee d’un coup.
Lee, qui a manqué un putt de 5 mètres au dernier trou susceptible de forcer un play-off, a rendu une carte de 70 coups, alors que l’Espagnol David Puig a terminé troisième avec un score de 73 coups. Janewattananond a coiffé tout le monde au poteau, notamment Puig leader à la veille de la dernière journée, grâce à un excellent score de -5 sur les neuf derniers trous. Le Thaïlandais, passé pro un jour avant son 15ème anniversaire, a réalisé des birdies décisifs aux trous 11 et 15, mais c’était bien son eagle au 17e trou qui a été déterminant. «C’est un sentiment fantastique, a indiqué Jazz.
Ça a été un long périple et je suis tellement content de pouvoir terminer l’année sur une bonne note.
J’étais encore à trois coups de la fin et je n’étais même pas proche du haut du classement. J’ai juste réussi un excellent finish. Tout s’est passé si rapidement. Quand le dernier putt est tombé, je me suis senti libéré.
Le jeu de l’attente a commencé et finalement j’y suis.» La dernière victoire de Janewattananond remonte à 2019 et un succès aux Masters de Thaïlande. «Ma dernière victoire remonte à longtemps, avant le COVID. Maintenant, tout a changé, admet le golfeur de 26 ans. J’ai retrouvé mon chemin vers l’avant », explique Jazz, qui totalise désormais 7 victoires sur l’Asian Tour.
La première visite de Jazz au Maroc restera mémorable pour celui qui doit son surnom à l’amour que voue son père à la musique.
«C’est ma première fois ici au Maroc et la ville de Rabat est juste magnifique. La culture, la nourriture, les gens… tout.
J’ai beaucoup entendu parler du parcours [du Royal Golf Dar Es Salam] de la part de gens avec qui je joue et je savais que ça allait être difficile, mais ça a dépassé toutes mes attentes», raconte Jazz. Quand les choses ne semblaient pas aller en 2017, Janewattananond a choisi de se retirer dans un sanctuaire à la recherche de concentration et de sens. Moins d’un mois plus tard, il remportait son premier titre sur l’Asian Tour. C’est visiblement avec la même paix intérieure que le Thaïlandais s’est présenté à Dar Es Salam. «J’étais sur le tour depuis 9 semaines de suite et j’étais un peu fatigué, confie-t-il. Je suis arrivé en étant ouvert sur la possibilité d’explorer le Maroc et surtout Rabat. Et je pense que c’est ce qui m’a aidé à gagner, parce que je n’étais pas arrivé avec de grandes attentes.»
Côté marocain, Ayoub Lguirati a fait mieux que participer à la dernière journée. Il a même amélioré son score et son classement, puisqu’il termine 28ème des International Series Morocco. «C’était une belle journée, se réjouit le champion du Maroc en titre.
J’ai pu réussir le parcours et mon objectif du début de la semaine, qui était de jouer sous le par. Ce n’était pas évident parce que le parcours n’était vraiment pas facile.» En effet, Lguirati n’a concédé que deux bogeys tout au long de la journée de dimanche.
Avec un score de 72 coups dimanche, il a réussi trois birdies, notamment au trou n° 5, réputé pour sa longueur et sa difficulté.
Pour Ayoub, le plan a marché et il compte bien remettre ça au plus vite. «J’ai suivi ma stratégie du début à la fin et dieu merci ça a payé, c’est encourageant pour la suite.»