Pin It

Une réunion spéciale du Comité Exécutif de la FNTT-CGEM s’est tenue, le 22 septembre dernier à Casablanca, avec comme objectif, entre autres, de peaufiner les détails d’organisation de l’Assemblée Générale Extraordinaire avec un plan bien défini. Celle-ci est prévue pour le 20 octobre prochain.

En prenant en compte le contexte de crise exceptionnelle, cette assemblée aura pour défis de contourner toutes les difficultés que connait le secteur, à commencer par la flotte des transporteurs touristiques terrestres qui est quasiment immobilisée.
Cette réunion du Comité Exécutif débattra de plusieurs points à l’ordre du jour en termes de développement. Selon O. C. Alami, Président de la FNTT-CGEM : « Nous avons retenu les différentes mesures prioritaires de notre dossier cap 2025 réalisé en Juin 2020, consistant à assurer la sauvegarde des emplois et des entreprises du transport touristique ».
Toutefois, cette réunion aura permis de marquer l’étonnement des transporteurs touristiques quant au no mans land, ces derniers temps, du Comité de Veille Economique concernant le cas du transport touristique, en particulier, et de tout l’écosystème touristique en général qui se trouve en panne sèche. A ce sujet, Alami précise : « Nous avons noté que le CVE n’a aucune réponse à notre problème de remboursement crédit leasing et bancaire qui restent en attente de décisions claires pour reporter les échéances, vu notre activité quasi nulle qui perdure depuis 18 mois déjà, transformant notre secteur en segment incontournable risquant liquidation pure et dure ».
A l’ordre du jour de cette réunion, surgiront d’autres problématiques relatives aux mesures modificatives du cahier de charges du transport touristique, réalisé par décret en 2019, qui doivent, selon ce dernier, également être améliorées sur plusieurs points techniques et de procédure, surtout après Covid-19, à savoir : « Rallonge de la durée de licence de 24 mois automatiquement, l’autorisation de polyvalence de nos chauffeurs, la visite technique annuelle, annulation de la durée actuelle de 7 ans par une nouvelle loi! ». En effet, tous les 7 ans, une entreprise agréée doit renouveler l’ensemble de son dossier administratif et technique pour assurer la continuité de l’activité! Désormais, selon Alami, cette loi qui date, des années 1960 devrait être abolie en liberté des dispositions actuelles.
L’on relève une lueur d’espoir chez les membres du comité qui déclarent accueillir l’avènement du Gouvernement Akhennouch avec beaucoup de satisfaction et d’espoir pour le secteur du tourisme et qui « sûrement donnera immédiatement les réponses tant espérées et signées pour la plupart en Août 2020 dans le cadre du CVE », selon le président.
En exprimant également un optimisme conforté par le bain de jouvence méthodologique apporté par la CNT nouvelle génération, salué par les membres de la FNTT-CGEM, quant à l’engagement pris par le nouveau président de la Confédération pour reconstruire l’ensemble du secteur, sans oublier l’urgence de l’initiative financière qui, sans solution durable, et combien même si l’annulation de l’état d’urgence suite à la pandémie , serait très rapidement possible, pour affronter une possible reprise pour décembre 2021 et le début d’une relance fin Avril de l’année proichaine.