Pin It

Selon un communiqué de l’Association nationale des agences de voyages du Maroc (ANAVM), les agents de voyages du Maroc organisent un sit-in, le 04 janvier 2022 à 11h00 en face du siège du Ministère du Tourisme à Rabat.

La même source indique que «depuis le début de la pandémie liée au Covid-19, le secteur des agences de voyages a connu un grave effondrement, les propriétaires des agences ayant subi d'énormes pertes matérielles et morales résultant de l'arrêt définitif de leurs activités en raison de la fermeture des frontières et de l'application d'un ensemble de mesures».
Et d’ajouter que «Malgré cette situation inédite, les professionnels des agences de voyages ont fait preuve d'un esprit patriotique et d'une profonde compréhension de la priorité accordée à la santé des citoyens qui a été la principale raison de nombreuses décisions ayant complétement paralysé les agences de voyages».
A cet effet, l’ANAVM a annoncé : «Après près de deux ans de cette crise étouffante, les agences de voyages se sentent abandonnées à leur sort, ne bénéficiant d’aucun accompagnement ou mesure à la hauteur de leurs attentes et de leurs besoins, que ce soit de la part des autorités concernées ou des entreprises nationales qui n'ont pas contribué, même partiellement, à atténuer les dommages causés à ce secteur, à l'exception du soutien alloué par le fonds spécial dédié à la gestion de cette pandémie».
En outre, les agences de voyages estiment avoir été «les premières et les plus touchées» par la crise sanitaire et «les dernières à s’en remettre». Elles mettent en garde le ministère de tutelle et les autorités que «Dans les pires scénarios qui se profilent, cette crise signera la fin tragique de ce corps de métier. Ceci est loin d’être une exagération ou un excès de pessimisme, car les transactions internationales constituent la majorité de l'activité des agences de voyages».
Pour conclure, les professionnels du secteur soulignent qu’il serait «difficile» pour eux «d'entrevoir une lueur d’espoir tant que la fermeture des frontières continue». Néanmoins, l’on justifie ce coup de colère par l’organisation de ce sit-in qui a pour objectif de sensibiliser tous les acteurs nationaux quant à l’état dramatique de ce secteur employant des milliers de personnes et censé contribuer au rayonnement de la destination Maroc au niveau international. Un autre coup dur pour le secteur touristique.
Pour ce faire, les professionnels des voyages ont annoncé sur leur communiqué avoir «élaboré un plan de sauvetage adressé à Mme la ministre du tourisme et regroupant un ensemble de mesures indispensables à la survie des agences de voyages». A bon entendeur, salut !