Pin It

Il s’agit d’un week-end de réflexion riche en enseignement, initié dans l’assiduité responsable et la bonne ambiance, par l’ISITT, l’AMEST et le MTMC pour débattre de la chose touristique.

Ces derniers ont déjà fait preuve d’un honorable parcours en matière d’inclusion des jeunes lauréats, pour en faire de bons professionnel en s’adaptant aux diverses activités touristiques, et servir au mieux le secteur du Tourisme.
Cette rencontre-débat s’est penché sur la présentation de plusieurs indicateurs permettant de préparer les générations futures pour être au diapason de la qualité des prestations de services offerts aux visiteurs, qu’ils soient des touristes nationaux ou internationaux.
Pourquoi un tel week-end pédagogique dans la ville du Détroit ?, selon les principaux responsables de l’ISITT, le MTMC et l’AMEST, Tanger est une grande pépinière où l’on relève une jeunesse bien formée aux métiers du tourisme, grâce aux cursus de premier ordre prodigués par l’ISITT où l’AMEST s’implique de plus près et le MTMC en renfort grâce à son expertise et la qualité professionnelle de ses membres.
Tous les participants à ce week-end de travail ont mis en exergue leur connaissance en soulevant une réflexion générale sur le secteur, chacun selon l’activité touristique exercée. Ont été présents à ces débats, le Président de la CNT Hamid Bentahar en tant qu’ intervenant de grande réputation en la matière, de Mohammed Semlali, Président de la FNAAVM également intervenant au même titre que Othman Cherif Alami (Président de la FNTT), de Azzeddine Skalli, Président du club des DMC marocaines (MTMC), M. Mouhid, Président de l’AMEST, Adnane Afquir, Directeur général de l’ISITT, principal fournisseur de lauréats du tourisme au Maroc et d’autres participants de haute volée, partagés entre professionnels, tel Mme Rkia Alaoui (Présidente du CRTTTA) et d’éminents professeurs et chercheurs, dont Abdelhaq Mouhtaj (Ex-Directeur de l’ISITT).
Dans une ambiance festive, les deux journées ont été pleines d’enseignements, de nouvelles idées mais aussi d’un diagnostic réaliste de la conjoncture que vit le secteur du tourisme et les improbables auxquels il doit faire face, face au silence et au manque de réactivité gouvernementale.
A cet effet, le Président du MTMC, malgré son optimisme il a déclaré à la presse locale : « Le contexte inédit et la situation économique, sociale et spécifique que nous vivons depuis plus de 20 mois nous a mis, nous autres voyagistes, en particulier, ainsi que tous les acteurs du tourisme en général, dans un scénario à la limite du rocambolesque. Nous avons manqué crûment de visibilité et avançons à tâtons sans boussole ni timon ». Et d’ajouter : « Il aura fallu aux opérateurs être en permanence résilients afin de nous adapter aux diverses et nombreuses situations. Nous avons été amenés à nous réinventer pour pouvoir garder le cap et aussi et surtout pour préserver du mieux que l’on peut les emplois et tout faire afin que le moral de nos collaborateurs soit plutôt positif ».
Propositions avant-gardistes dont les participants ont ressenti la dimension participative du Club chez qui la formation et son suivi font partie de ses gênes fondateurs.Rigueur aussi et pragmatisme prospectif ont interféré pendant la rencontre, où des teams ont constituées pour travailler sur des projets de mise en place et de développement relatifs à la préparation, en 2022, du 1er congrès de l’Amest, la réalisation de stages avec engagements assortis d’une reconnaissance du statut de stagiaire, la création d’un incubateur d’entreprises au sein de l’ISITT, la consolidation de la formation continue (diplômante, VAE et qualifiante), la perspective d’un nouveau modèle de développement touristique, l’investigation de pistes éventuelles de financement de l’AMEST pour lui permettre de mener son action dans de bonnes actions.