Pin It

Tout d’abord et après l’annulation de la rencontre de l’espoir qui devait avoir lieu au Parlement, le 15 décembre dernier, permettant aux professionnels du Tourisme de présenter leurs doléances aux parlementaires, et qui a malheureusement été reportée, la ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, a décider de recevoir la CNT le 22 décembre prochain à Rabat.

A l’ordre du jour, débattre des urgences à résoudre, objet de demandes formulées par la CNT, selon les 10 Propositions publiées la semaine dernière par la CNT. Mme la ministre est très consciente de la situation que vit la majorité du collectif professionnel qui garde espoir. A –t-on oublié les aAides de l’Etat, chiffrement du volume de cette aide, mise en place d’un Fonds du Tourisme, renégociations avec les banques pour les dettes contractées, réactivation du CVE en sommeil depuis plusieurs mois…, sont autant d’indicateurs favorisant probablement une embellie dans le secteur qui ne cesse de subir les affres de la conjoncture actuelles.

D’ailleurs, l’Etat devrait normalement investir sa confiance et soutenir ces professionnels, car ils ont donné la preuve qu’ils savent se réinventer et appuyer à fond sur l’accélérateur du redéploiement, du développement. Néanmoins, l’on apprend que Mme Ammor ne s’occupera pas du cas des restaurants touristiques, arguant qu’ils dépendent plutôt du ministère du Commerce, donc indéfendables par son département.

Concernant la ministre des Finances, Nadia Fettah a fait des promesses à la CNT ? Une autre bonne nouvelle pour les opérateurs du tourisme. Du moins dans l’écoute sérieuse, cette fois, de l’administration des cris d’alarme lancés sans répit par les opérateurs et portés avec succès par la CNT, très fortement impliquée dans l’aboutissement des demandes exprimées par tous les corps de métiers.

Ensuite, la ministre des Finances, Nadia Fettah Alaoui, a exprimé clairement la disposition de son département à « aider » le secteur et à lui consacrer beaucoup plus « d’intérêt » qu’auparavant. La déclaration de Mme la ministre des Finances a été annoncée lors de la tenue à la CGEM du Conseil National de l’Entreprise le 17 décembre dernier, en réponse à l’intervention réaliste et «touchante» de Hamid Bentahar. Déclaration reçue chez le collectif professionnel tel un baume sur le cœur des professionnels …

Dans ce remue-ménage, le mérite est à mettre à la combativité du Président de la CNT, présent sur tous les fronts pour porter les préoccupations des professionnels auprès des différents responsables administratifs et d’en assurer la défense bec et ongles. Même les oubliés de la restauration touristique, les grands oubliés pour compte du contrat-programme, ont eu droit de citer dans les multiples réunions organisées ici et là.

Mme la ministre a, en effet, confirmé son interaction avec les demandes des professionnels du tourisme, en insistant sur la nécessité de préserver les acquis réalisés pendant 40 ans de travail en commun. Raison, selon elle, qui porte le gouvernement à réfléchir sérieusement sur un ensemble de mesures à court terme qui répondent aux demandes des professionnels, notant que des réunions ont eu lieu avec les banques pour discuter des dettes bancaires à long terme, et du report des échéances des prêts. Elle a également expliqué que les établissements bancaires sont réceptifs à cette situation et sont mobilisés pour en discuter, appelant à une nouvelle rencontre avec les professionnels afin de prendre des dispositions à court terme.

La ministre a également salué les investissements réalisés par les acteurs du secteur du tourisme, afin de faire progresser le secteur, soulignant l’importance de trouver des solutions réalistes pour soutenir ces investissements avec tous les acteurs et parties prenantes, tout en annonçant que le gouvernement est en phase d’accélérer la création du Fonds du Tourisme soutenu par le Fonds Mohammed VI d’Investissement afin d’injecter des fonds privés ou semi-privés dans les budgets publics des entreprises du secteur, stimuler la demande interne en encourageant les déplacements par la création de taxes -des “chèques vacances” gratuits, et donner du caractère Horaire régional pour les vacances scolaires.