Pin It

Face à l’apparition récente du variant Omicron, les nouvelles mesures de restrictions de voyage sont une nouvelle difficulté qui met gravement en péril les entreprises du secteur du Tourisme.

Dans ce contexte exceptionnel où l’activité des entreprises est déjà fortement dégradée, nous croyons dans la nécessité de la mise en place d’un nouveau Pacte Public-Privé incluant des mesures fortes et responsables pour assurer la sauvegarde des entreprises, éviter la destruction massive d’emplois et se préparer efficacement à la relance, lit-on dans le communiqué de la CNT (Confédération Nationale du Tourisme).
Et de souligner, L’évolution de la situation sur ces 21 derniers mois témoigne de la nécessité de prendre en considération la pandémie du COVID 19 comme un facteur structurel pour repenser le secteur du Tourisme.
Nous sommes convaincus que ce chemin pour réinventer en profondeur le secteur passe d’abord par la mise en place de mesures volontaristes pour assurer la résilience et la relance de l’écosystème.
Dans ce contexte, La Confédération Nationale du Tourisme souhaite instaurer avec les pouvoirs publics un principe citoyen pour l’application des mesures de soutien qui consiste à assujettir le démarrage des remboursements à l’ouverture du ciel et à la levée de l’état d’urgence. Ainsi permettre aux opérateurs de satisfaire leurs engagements sociaux, fiscaux et financiers aussitôt que les conditions sanitaires et sécuritaires le permettent.
Un changement de paradigme nécessaire pour donner toute sa valeur et tout son sens à la vaccination et ses effets positifs avec des règles de mobilité et d’accès au Royaume alignées sur les meilleures pratiques internationales, ce qui permettrait d’accélérer les conditions de la relance et de retour à une activité normale. Les mesures proposées s’inscrivent dans la continuité des dispositions prévues par le Contrat Programme conclu en date du 03 Aout 2020, que la CNT propose, au regard du contexte actuel, d’amender et de prioriser comme suit :
1. Prolongement du dispositif de versement de l’indemnité forfaitaire par la CNSS. Révision des échéanciers pour les paiements des charges sociales reportées et dues sur 2020 et 2021, pour un démarrage des remboursements dès la levée des restrictions de voyage.
2. Moratoire fiscal au titre de 2020 et 2021, pour les taxes locales, notamment la taxe professionnelle, pour un démarrage des remboursements 6 mois à compter de la levée des restrictions de voyage avec étalement sur 48 mois, sans frais ni pénalités.
3. Reprofilage des crédits Daman Oxygène et dette bancaire Long Terme avec le GPBM avec report des échéanciers des crédits leasing, crédits à la consommation pour les entreprises du secteur ainsi que leurs salariés. Démarrage des remboursements 12 mois à compter de la levée des restrictions de voyage, sans frais ni pénalités.
4. Accélération de la mise en place du fonds Tourisme adossé au Fonds Mohamed VI pour l’injection de Fonds Propres ou de Quasi-Fonds Propres dans le bilan d’entreprises du secteur. Ce soutien financier alternatif et durable permettrait de renégocier les dettes des entreprises, de réduire le risque d’insolvabilité et d’accompagner les initiatives de rénovation et/ou d’investissement.
5. Stimuler la demande interne via l’incitation au voyage par la mise en place de chèques vacances défiscalisés et la régionalisation du calendrier des vacances scolaires. Promotion, appui et incitation au développement d’une offre d’animation diversifiée et d’expériences familles de qualité adaptée au pouvoir d’achat des citoyens marocains.
6. Mise en place de financement au niveau régional, pour renforcer la compétitivité des acteurs, favoriser l’émergence de nouveaux écosystèmes et promouvoir la création d’emplois en zone rurales à travers l’éco tourisme, le tourisme sportif culturel…Afin de favoriser le développement de cette offre, il sera essentiel d’apporter un accompagnement technique et financier pour la transformation digitale de ces acteurs et d’élaborer une offre de formation spécifique en faveur de leurs professionnalisation.
7. Mise en place d’un plan offensif pour rétablir la confiance avec les compagnies aériennes, consolider les relations avec les Tours Opérateurs afin de reconstruire et diversifier les autoroutes aériennes nationales et internationale, en partenariat avec les compagnies aériennes et maritimes.
8. Refondre la fiscalité afin de préserver la compétitivité de l’industrie touristique marocaine et soutenir le secteur informel dans la transition vers le respect des réglementations, des normes et l’amélioration de la qualité de l’emploi.
9. Amélioration des outils de mesure, de suivi et de pilotage à travers la refonte de l’Observatoire National du Tourisme et la réalisation d’une plateforme de veille sur la compétitivité, la durabilité et les initiatives innovantes et responsables dans les pays concurrents et au Maroc.
10. Mettre en place un dispositif de gouvernance de crise sous la forme d’une Task force Public-Privé dédiée incluant les professionnels du secteur et les différents partenaires institutionnels pour agir ensemble afin de voir nos professionnels retravailler au mieux et au plus vite.