Pin It

Après l’allègement des restrictions décidé par le gouvernement marocain, en décrétant la levée du couvre-feu et l’annulation des autorisations de déplacement, la réaction chez les professionnels du tourisme était plutôt mesurée, avec encore beaucoup plus d’enthousiasme chez les restaurateurs et les transporteurs de voyageurs, relève-t-on chez ces derniers.

Entré en vigueur dès mercredi 10 novembre dernier, le nouvel allègement des restrictions lié à la pandémie de la Covid-19, a suscité un air de satisfaction mitigée pour les uns et un optimisme prudent pour les autres. Alors que les opérateurs touristiques manifestent peu d’enthousiasme car s’attendent peut-être à mieux …, les professionnels du transport de voyageurs et les restaurateurs, eux, se frottent les mains dans l'espoir d'une réelle reprise de l'activité et des emplois. Selon les professionnels du tourisme concernant la décision du gouvernement d’alléger les restrictions sanitaires à travers la levée du couvre-feu nocturne et l’annulation des autorisations de déplacement inter-villes, cette mesuré est positive, néanmoins insuffisante. Ces derniers pensent que la suppression de ces mesures restrictives aura, certes, un impact direct sur certaines activités, notamment les night-clubs et les restaurants avec animation, mais elle ne permettrait en rien de dépasser la tempête que traverse le secteur.
Un professionnel de la place a déclaré : «Je ne vois pas quel sera l’impact de cette mesure sur la relance du tourisme. Les professionnels du secteur attendent des décisions beaucoup plus “robustes” comme la réouverture du ciel marocain !». et d’ajouter que la moitié des revenus du tourisme interne provient de l’incentive (congrès, festivals, séminaires…), lequel n’est pas encore programmé dans l’agenda des opérateurs touristiques.
Tandis que d’autres professionnels expriment un optimisme prudent. Selon Zoubir Bouhout, directeur du Conseil provincial du tourisme d'Ouarzazate «Dans tous les cas, il s’agit d’une décision positive à court terme»,. «La levée du couvre-feu permettra à certains établissements de repousser leurs horaires de fermeture et à certaines activités de reprendre du service, telles que les night-clubs et les restaurants avec animation. L’annulation des autorisations de déplacement pourrait aussi encourager le tourisme interne», souligne-t-il. Et d’ajouter que le plus positif dans cette décision, selon lui, c’est le message qu’elle véhicule concernant la destination Maroc. «Les annonces et les décisions du Maroc sont suivies par tous les tours opérateurs à l’échelle internationale. La décision gouvernementale, qui indique que les choses s’améliorent, pourrait les pousser, à moyen terme, à reprogrammer la destination pour les prochaines saisons», analyse-t-il. Le professionnel rappelle que les dernières décisions gouvernementales relatives à la suspension des liaisons aériennes avec certaines destinations (Allemagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Russie), et au désistement de l’organisation de l’assemblée générale de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), ont semé la confusion parmi les décideurs à l’international. «Avec ce bon signal, nous espérons récupérer les tours opérateurs qui se sont détournés du Maroc vers d’autres destinations comme l’Égypte, la Tunisie ou la Turquie. Nous avons notamment perdu la clientèle anglaise et allemande qui est très importante pour le Royaume», ajoute Zoubir Bouhout qui espère surtout que la nouvelle mesure sera suivie rapidement par d’autres, bien plus impactantes, de manière à «réparer l’injustice qui a été faite au secteur». Et de conclure tout en s’interrogeant : «A priori, le pass sanitaire devrait suffire pour voyager au Maroc. Le gouvernement a bien autorisé jusque-là aux nationaux la circulation par le moyen du pass vaccinal, pourquoi alors ne pas l’autoriser pour les internationaux ? ». Quant aux restaurateurs et transporteurs de voyageurs, ils manifestent leur satisfaction. Accueillie avec modération par les professionnels du tourisme, la décision gouvernementale a suscité plus d’enthousiasme, voire une grande satisfaction, chez les restaurateurs.
Pour Ahmed Bouferkane, coordinateur national de l'Association des patrons de cafés et restaurants du Maroc, il a déclaré : «Cette décision est de bon augure. Elle pourra redonner des couleurs à notre activité», tout en assurant qu’il s’agit d’une très bonne nouvelle pour les professionnels du secteur. Et d’ajouter : «Nous espérons qu’elle sera l’occasion, pour les professionnels qui sont en arrêt d’activité temporaire, de rouvrir leurs établissements et aux employés de reprendre leur travail».
Concernant les discothèques, Ahmed Bouferkane est dans l’expectative. Selon lui, «Les choses ne sont pas très claires. Les boites de nuit devraient en principe rouvrir leurs portes puisque le couvre-feu a été levé, mais nous attendons plus de précisions de la part des autorités». Il en est de même pour les professionnels du transport de voyageurs qui ont manifesté leur satisfaction après cette décision gouvernementale. Pour Younes Boulaq, secrétaire général du Syndicat national des petits et moyens investisseurs du transport routier de voyageurs, la décision permettra de libérer l’activité des entraves qui la ralentissaient, même s’il lui faudra du temps pour recouvrer toute sa santé.
«Les professionnels ont accueilli avec joie cette décision extrêmement positive qui intervient après une année et demie de tourments et à la veille des vacances scolaires», déclare-t-il. «Nous y plaçons beaucoup d’espoir et nous misons sur ces vacances pour redynamiser l’activité», explique-t-il. A cet effet, Younes Boulaq a également fait savoir que la gare routière Oulad Ziane va reprendre ses horaires normaux et assurer ses services 24 h/24.
Il a en outre annoncé que le syndicat tiendra, dans les deux prochains jours, des séances d’encadrement au profit des chauffeurs et de leurs assistants. De même, une rencontre avec les autorités locales est programmée pour ce jeudi 11 novembre. Celle-ci sera consacrée à l’organisation de l’activité suivant les nouveaux développements et portera également sur le maintien des mesures préventives en vigueur, à savoir le respect de la distanciation, l'utilisation des bavettes, la désinfection des locaux et des véhicules ainsi que le respect de la capacité d’accueil autorisée, actuellement fixée à 75%, conclut-il.